• Dans le café de la jeunesse perdue - Modiano

    Dans le café de la jeunesse perdue - ModianoModiano se reconnaît à ses titres: ils fleurent bon Paris et la nostalgie, ses deux cartes de visite. La ronde de nuit; La place de l'Etoile; Les boulevards de ceinture; Quartier perdu; Une jeunesse; Dimanches d'Août; Voyage de noces...

    Le dernier opus a, lui aussi, un titre qui est tout un programme à lui seul: Dans le café de la jeunesse perdue figure très joliment sur la couverture coquille d'oeuf de Gallimard. Moi, je l'aurais plutôt intitulé Dans le brouillard du talent perdu. Il refleterait ainsi on ne peut mieux ce que j'ai ressenti en refermant ce livre.

    Modiano, c'est comme Mozart. Il a une patte reconnaissable. Mais Mozart, lui, est mort avant d'écrire l'oeuvre de trop.

    Dans le café de la jeunesse perdue est de celle là, hélas. Modiano fait du Modiano, il se pastiche, se caricature, se moque de lui même. Tous les poncifs modianesques y sont ressassés sans conviction: l'errance, les quartiers de Paris, les zones d'ombre des individus, le 36-04 Auteuil, tout y est. C'est cousu de fil blanc, amené comme un cheveu sur la soupe et...Mais qu'est ce qui lui a pris, à Modiano? Ou est celui que j'aimais, qui m'avait fait rêver dans Une jeunesse ou dans Voyage de noces ? Il avait besoin d'un à-valoir pour payer ses impôts ou quoi? Allez, je range cet ouvrage indigne du grand écrivain qu'il est au fond de ma bibli et tandis que la poussière le rendra aux oubliettes, j'attendrai le prochain avec espoir...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :