• A lire : le numéro JE FAIS MA DÉCO BOIS des éditions divertistoreLe magazine  de la déco bois vient de sortir un numéro de 148 pages de tutoriels pour créer sa déco bois pour maison et jardins.

    En voici des exemples :

    Bain de soleil en teck BOISE

     Esprit moderne, le bain de soleil en teck BOISE possède un dossier inclinable en cinq positions. Ses 2 roues garnies de caoutchouc permettent un déplacement aisé.

    Equipé d'une tablette latérale coulissante, ce bain de soleil en teck brut a été conçu pour votre plus grand

    confort. Il sera en parfaite harmonie avec extension de maison en bois ou votre terrasse en bois ipé 5 au bord la piscine...

     

    Coffre en teck ATLANTIC

    Très pratique, le coffre de rangement en teck ATLANTIC est idéal pour rassembler objets et accessoires du jardin.

    Parfaitement étanche, ce coffre en teck brut est équipé d’une retenue couvercle et existe en deux dimensions 78cm et 138cm pour s'adapter à vos besoins.

     

    Tutoriels sur les produits d'entretien du bois  :

     

    L’huile-cire allie dureté et fini lustré

    - Les huiles-cires, dont la composition correspond à un équilibre entre la dureté et la résistance des huiles modifiées et la souplesse et la rapidité de lustrage des cires, offrent un aspect velouté. Elles conviennent aux applications domestiques et à tout type de parquets.- Les huiles dites « techniques » regroupent des huiles récemment développées pour correspondre aux futures normes européennes de dégagement de COV (composés organiques volatils). Si plusieurs essais d’huiles « à l’eau » (utilisant le principe de la dispersion), ont été récemment introduits sur le marché professionnel, les solutions techniquement intéressantes sont celles qui présentent un très haut extrait sec : l’imprégnation initiale peut être réalisée en une seule passe d’huile dans la plupart des cas. L’utilisateur bénéficie alors des avantages cumulés d’un traitement économique et écologique.

     

     • Autres produits d’embellissement :

    - les sealers (ou fonds durs) sont des produits de préparation à appliquer avant vitrification ou encaustiquage qui limitent la pénétration des taches (ils sèchent en général très vite),

    - les cires et encaustiques, finitions traditionnelles et délicieusement odorantes, nécessitent un entretien permanent et résistent mal à l’eau et à l’usure.• Si vous voulez appliquer une cire sur une huile, attention : le parquet devient glissant et ne peut plus être entretenu, comme un parquet huilé, par un simple balayage humide avec savon spécial.

    • L’huile pour parquet peut se teinter avec des pâtes pigmentaires :

    pour un résultat pleinement satisfaisant, notamment en transparence et en profondeur de ton, n’utilisez que des produits recommandés par le fabricant de l’huile.

     

    Pays de fabrication = France

    Référence publication = 13846-LC1 HS 09

    Éditeur = Diverti Editions

    Nombre de pages = 148 pages

     

     


  • L'histoire : Tessa Quayle, jeune avocate et femme d'un diplomate anglais stationné à Nairobi au Kenya, est retrouvée morte, assassinée, près de sa Jeep au Nord du pays près du lac Turkana. Tessa avait suivi son mari, Justin Quayle, lorsqu celui-ci a été affecté au haut commissariat britannique qu'il représente au C.E.D.A.O., un organisme chargé de contrôler l'action humantaire en Afrique. Alors que son mari essaie difficilement de se faire à la société de ce pays, Tessa est scandalisé par la misère l'entourant, et elle va militer activement aux côtés de membres d'ONG et dénoncer divers pratiques dans une série de documents qu'elle adresse au ministère britannique. Justin est persuadé que ce sont ses activités qui ont conduits sa jeune épouse à la mort. Pendant que le corps diplomatique essaie d'enterrer Tessa en même temps que les rumeurs courant sur son compte, Justin redresse la tête. Ce garçon effacé oublie sa nonchalance pour marcher sur les traces de sa femme et faire la lumière sur sa mort. Tessa, toujours en guerre ouverte contre cette Angleterre qui ferme les yeux sur les morts qu'on ramasse à la pelle au Kenya.
    Tessa était surtout en train d'étudier les pratiques d'une société pharmaceutique qui teste les effets d'un médicament qui a été testé sur les populations kenyanes, surtout concernant le Dypraxa, un antituberculeux qui décime des cobayes ignorants. Tessa va souffrir pour l'Afrique, pour toutes ces femmes manipulées par les consortiums pharmaceutiques brassant des milliards de dollars. Justin marchera dans les pas de Tessa. Jusqu'aux derniers.

    La constance du jardinier est surtout un roman d'initiation d'un homme ordianire, largement passé à côté de sa vie, qui va tenter de rattraper le temps en poursuivant les travaux de sa jeune épouse défunte, qui, il s'en rend compte, ne connaissait que trop peu. Il va se faire une vie d'espion, d'homme traqué qui va le mener sur les traces des manipulations des sociétés pharmaceutiques, combat dont dès le début, on sait, qu'un seul homme ne pourra en venir à bout. Il va petit à petit retrouver Tessa, lumineuse et secrète, même si celle-ci va être assassinée dès le début du roman.

    Deux points à dire sur ce roman. En général le roman m'a beaucoup déçu. Premièrement, si John Le Carré est sans conteste un grand écrivain (voir Retour de service) , et il le prouve ici encore, il n'empêche que le rythme de ce livre est beaucoup trop lent. On s'y ennuie beaucoup. Les personnages sont très bien développés, surtout celui de Justin Quayle, c'est d'ailleurs là le seul grand intérêt du roman, mais ils évoluent dans une intrigue très peu passionnante. On attend sans cesse que cela commence, mais cela n'arrive pas. Tout est lent. Pourtant l'intrigue ne manque pas d'intérêts. Et puis, le sujet du livre. John Le Carré a décidé de s'attaquer à l'industrie pharmaceutique et ses pratiques peu avouables. On sait bien que des médicaments sont testés sans sécurités sur des populations démunies en Afrique. Les études sont dirigés en fonction de l'attrait financier et non en fonction d'autre chose. La démarche de John Le Carré est donc tout à fait louable, et ce qu'il décrit est très réaliste. Et c'est d'ailleurs le'un des rares livres que je connaisse à traiter ce sujet, sans rentrer dans des divagations de tout genre. Donc bravo! Cependant, il aurait pu aller beaucoup loin. Il y a pire que le cas fictif décrit dans ce livre, et bien pire. Connaissant très bien le sujet, je regrette ce manquement par rapport au sujet. Trop pris par ses personnages, John Le Carré aurait dû, selon moi, plus pousser encore dans la critique.

     

    Donc en résumé il s'agît d'un livre qui a des qualités, mais sans plus.

     

    La constance du jardinier (The Constant Gardener) - John Le Carré - 2001


  • Dans Les Navigateurs de l'Infini le lecteur suit le voyage d'une équipe d'astronautes vers la planète Mars. Leur astronef, le Stellarium, pulsé par une gravité artificielle et fait d'argine, un matériel indestructible et transparent. Une fois arrivés sur place au bout de leur long voyage à travers l'espace, ils trouvent un paysage désertique, qui semble vide. Mais au bout de quelques explorations ils rencontrent une autre espèce douée d'intelligence, les Tripèdes. Ils sont appelés ainsi dû au fait qu'ils ont trois jambes et six yeux. De plus ils sont dotés d'une extrême beauté. La civilisation des Tripèdes est très évoluée, même plus que celle des humains. Mais leur race est en déclin dû au manque d'eau, et elle de plus menacée par l'apparition des Zoomorphes, une autre espèce marsienne composée de minéraux, moins développée que les Tripèdes mais plus jeune, vive et dynamique. Les Tripèdes vont donc demander aux humains de les aider, contre leur ennemi de plus en plus envahissant.

     

    Les Navigateurs de l'Infini est certainement l'oeuvre de science-fiction la plus connue de Rosny l'Aîné. On constate tout de suite que l'histoire reprend de nombreux éléments de La Mort de la Terre, càd. l'agonie d'une race évoluée face à une autre minérale qui se répand très rapidement. On retrouve le style inimitable de Rosny l'Aîné, certes un peu désuet point de vue science-fiction, attaché au XIXème siècle, mais rempli de poésie et de précisions techniques et biologiques, style Jules Verne. Point de vue désuétude on constate que certaines idées énoncées ont été depuis démenties par la science, comme le fait de mettre la Lune sur la même ligne d'évolution écologique que la Terre, ou celle de voir l'atmosphère martienne assez riche en oxygène pour l'être humain.


    Rosny Aîné nous fait découvrir petit à petit sa planète rouge: le voyage spatial est vu comme quelque chose d'ennuyeux, et la surface martienne comme un désert. Et les révélations sur les formes de vie martiennes sont très progressives, nous montrant d'abord des végétaux, puis des animaux, avant de révéler les Martiens eux-mêmes. L'originalité de Rosny l'Aîné est de montrer les extra-terrestres comme des êtres plus évolués que les hommes, ce qui était rare à l'époque et n'est toujours pas courant. De plus l'aide donnée par les astronautes humains aux Tripèdes ne s'avérera que bien peu efficace, alors que d'habitude, dans beaucoup de romans, l'homme finit toujours par trouver la solution pour sauver les autres.


    Il est à signaler que le mot "astronautique", si usuel pour nous aujourd'hui, a été utilisé pour la première fois de l'histoire de la littérature dans ce roman.

    Rosny l'Aîné rédigera quasi simultanément une suite aux Navigateurs de l'Infini, intitulée Les Astronautes, mais qui ne sera publiée qu'en 1960.


  • Kevin Marshall, un jeune généticien, est engagé par la société GenSys pour travailler sur un projet un peu particulier en Afrique. Là-bas il trouve le moyen d'isoler une courte séquence du chromosome 6 qui est censé contenir la majorité des gènes du complexe d'histocompatibilité. Il va ainsi modifier les gènes d'autres espèces animales, afin que les organes de ces animaux soient compatibles avec les humains. Cela dans le but de rendre possible le greffage d'organes sur l'homme. Pour cela il modifie les gènes de ces animaux, principalement des singes, afin qu'ils aient les mêmes gènes que les sujets humains, auxquels vont être greffés ces organes. Les organes greffés ne créent en effet pas de rejet chez les sujets humains. La société GenSys va alors se lancer dans un commerce peu ethique d'organes. Mais Kevin va commencer à se faire des soucis, en effet les espèces génétiquement modifiés commencent à changer... comme si cette séquence du chromosome 6 contenait bien plus que des gènes d'hstocompatibilité.


    Pendant ce temps-là à New York, un mafieux est assassiné suite à un réglement de compte. Emmené à la morgue, son corps cependant disparaît, enlevé mystérieusement, avant d'avoir pu être étudié. Il sera cependant retrouvé plus tard, et le docteur Jack Stapleton peut faire son autopsie. A sa surprise, il va découvrir qu'un des organes du mafieux a été transplanté, mais ne retrouve aucun signe d'immunisation ou de rejet. Une enquête sera ouverte par Stapelton et sa collègue Laurie Montgomery, qui les mènera dans les réseaux de la mafia où ils découvriront que n'importe qui ayant suffisamment d'argent, peut obtenir n'importe quel organe d'échange en fonction de ses besoins. L'enquêt ira même plus loin les menant sur la trace de GenSys, et d'un traffic peu scrupuleux à partir de l'Afrique.

     

    Chromosome 6 se veut être un thriller médical. Hélas après lecture on se rend compte qu'il s'agît avant tout d'un bête polar, etoffé de matière scientifique. Après lecture, j'en ai été assez déçu. Robin Cook semble éviter les questions essentielles concernant l'éthique, d'ailleurs le livre se finit sans connaître les conséquences juridiques que devra subir GenSys suite à son traffic. De plus de la part de Robin Cook, ancien médecin, on aurait pu s'attendre à plus de détails et à plus de véracité scientifique, sans pour autant enlever de fantastique à cette histoire. Mais visiblement les connaissances de Cook ne sont plus tellement à jour aujourd'hui. Cependant il y a du suspense. L'intrigue, si elle n'est pas toujours de meilleure qualité, est cependant bien menée. J'ai plutôt bien aimé les passages se déroulant en Afrique où l'on voit Kevin Marshall mener son enquête accompagné de deux collègues au nez de son hiérarchie. Mais qu'on aille pas chercher trop de profondeur que ce soit d'un point de vue personnages, tous simples, médical ou scientifique, voir plus philosophique. En bref un livre qui, même s'il est divertissant, reste très moyen.


  •  

    Certainement l’un des livres les plus drôles qui soient. Ted Stanger, Américain de l’Ohio, réalise son rêve, être nommé à Paris. Ce francophile convaincu adore la culture française. Un peu moins l’incompréhensible complexité de notre administration. A l’en croire, bureaucratie et paperasserie sont les deux mamelles de la France. A l’aide d’expériences vécues, Stanger nous promène avec le sourire au cœur de notre quotidien, la fonction publique.

     

     

    Ted Stanger, "Sacrés fonctionnaires !", Folio, 6,80 euros, 302 pages.